Tuesday, April 12, 2011

France Enforces Its "Burqa Ban" Starting April 11, 2011: Part I The Law

The Republic is lived with an uncovered face in all public places: public streets, public transit, businesses and commercial centres, schools, post offices, hospitals, courts, administrative offices...
"No one may, in a public place, wear an article of clothing which obscures the face" Law of the 11th of October 2010 (enforced as of the 11th of April, 2011)
For more information a pamphlet and an internet site are available: www.visage-decouver.gouv.fr
[Photo ECPAD - Collections La Documentation française; Sculptor: G.L.Saupique] [trans. mine]

Introduction

When this law was first proposed, I commented elsewhere on its political nature; and then, when the law was being formulated I did the following post, Why, even if you hate the niqab, you should hate the French "burqa ban" more, which elaborates my objection to the French burqa ban, and why it is dangerous in the French socio-political context. That post also references a number of others related to the French cultural milieu in which this burqa ban will be lived.

In essence, all political parties of  France, including the one which proposed this law, see it as Sarkozy's bid for re-election by appealing to the far right of the French political spectrum--a far right which is clear that it believes in a tradition France for the Roman Catholic descendants of the Gauls, that immigration is unwelcome, and immigrants are foreigners who do not deserve citizenship, nor do their children born on French soil. Arabs, Africans, and Muslims are particularly undesirable.

Yesterday, the law which was enacted October 10, 2010, came into force as planned on April 11, 2011. Many have weighed in with their opinions, and actions, and I will give my further impressions in subsequent parts to this post. However, I think that it is necessary first to clarify what the law is, and the justifications given for it. To that end, I have summarized the law in English from the full text on the French government site, and from the Q&A on that site. After my summary, and commentary of the rationale, the full text of the law and the related Q&A from the French Government Website--dedicated to "The Republic is lived with an uncovered face" (The Republic lives openly), La République se vit à visage découvert--follow.

Summary of the Law

According to the Law of October 10, 2010, in force as of April 11, 2011, no one may wear any article of clothing which covers the face, in any public place, on any part of the French Republic's territory, including the mainland and the overseas departments. This applies to all--people in transit, tourists, visitors, residents, and citizens--independent of age, gender, or nationality.



A public place in this instance is defined as public routes, any place open to the public, and any place offering public services.These would include, for example, all side walks, lane ways, streets, roads, highways, and squares, whether rural or urban. Public vehicles are included but not private ones. However, a driver of a private vehicle wearing a face covering could come under the driving safety laws of the roadways act. Places open to the public include those with open access, like beaches, parks, public promenades, and those whose access requires certain conditions like payment of a ticket or subscription, for example a cinema, or theatre. Businesses (restaurants, stores), banks, train stations, airports and other public transit spaces are part of the public places where the law applies. All places offering public services are included in this definition, such as: any government agency or establishment, any government (public) educational facility from primary school (in France this begins optionally at age 3)  through to university, hospitals, post offices, welfare, medical insurance and social insurance offices, libraries, museums, and monuments.

Places of worship that are open to the public are included under the law. In order to comply with the right to freedom of worship, if the governing body of a specific place of worship mandates a face covering then it will become an exception to the law and be allowed within the confines of that place of worship. Also, the public authorities will not interfere with worshipers in establishments without such a mandate, unless the governing body of that place of worship requests that they do so. At that point, the law becomes applicable within the place of worship.

The items of clothing that are punishable include, but are not limited to: balaclavas, full veils (burqa, niqab, etc), masks, any other accessory which taken singly or in combination with other items is intended to cover the face. Neither one's ignorance of the law, nor one's intention matter. If the item is one whose purpose is to cover the face, then the law applies.

Exceptions are allowed for items of clothing required or authorized by law, necessary for health or professional reasons, part of regulation sporting equipment during sports activities, or worn for artistic or traditional performances or celebrations. These include helmets required by motor vehicle law, eg, motorcycle helmets, required protective equipment for fire fighters, health care personnel, and others in the line of duty. Also, if for example a full hood or face covering is worn as part of a traditional religious festival or parade. then that would be acceptable.

Allowed: The Good Friday Procession of the Sanch, part of French Catalan cultural tradition overlaid by Roman Catholicism, practiced in many towns, especially in the Southwest of France, and particularly in the city of Perpignan, as above. Some members of the Sanch Brotherhood, parade each Friday of the year.

Only police officers are allowed to request that someone remove the face covering, and this may be done at the police station rather than in public. This is done for identification purposes, and then the legal punishment is applied, unless the person agrees to leave the face covering off. Anyone else who tries to force someone to uncover is acting against the law, and could be punished.

Infractions of the law against wearing a face covering are punishable by a fine, and/or required citizenship classes. The fine is currently set at a maximum of 150 Euros. Those deemed to be imposing the wearing of a face covering on someone else, because of their gender, whether by threat, violence, force, abuse of authority or abuse of power, will be punished by one year in jail and a 30,000 Euro fine. If the person forced is a minor, then the punishment is doubled: 2 years in jail, and a 60,000 Euro fine. The punishment of the person forced may or may not be suspended by a judge.

After 18 months, a review will be done of the enforcement of the law, the practicalities, and the problems.

Direct Translation of the Rationale for the Law

Why a law making covering the face in public illegal? 

Law number 2010-1192 of  October 11, 2010 making the covering of the face in a public place illegal marks the will of the national representatives to solemnly reaffirm the values of the Republic, and the requirements for communal living.

To hide the face is to belie the minimum requirements for living in society. It further places the persons so covered in a situation of exclusion and inferiority incompatible with the principles of liberty, fraternity, equality, and human dignity affirmed by the French Republic.

The Republic is lived with an uncovered face. Because it is founded on assembly around common values, and on the construction of a shared destiny, it can not accept practices of exclusion and rejection, whatever the pretexts or the means.

[...]

The repression of these actions [of forcing someone because of gender to cover their face by whatever constraints] is part of the will of the public powers to vigorously fight against all forms of discrimination and violence against women, forms which constitute only more unacceptable attacks on the principle of equality between the sexes.

[Translation mine]

Comment:

As elaborated in my earlier post, the political impetus behind this law, and the interpretation of what constitutes a French identity subtending it, make it a dangerous one, even if one believes women should not wear the niqab. French feminists are against the law, ministers of the Sarkozy's ruling party, men and women, are against it, and the French police see it as problematic and unenforceable.

Those supporting the law from outside France see it as some kind of leverage for changes in customs and laws in MENA countries, a triumph for feminism American style, or a precedent to help fend off the Islamicization of Europe. They usually have very little knowledge of French society and politics, and of facts rather than ideology. In my opinion, they couldn't be more wrong.

The next 2 parts of this post elaborate on "Reactions in France and Elsewhere", and the beginning of a precedent "Et tu, Canada?"

In the meantime, I look forward to your comments on the law itself, and my introduction to, and comment on it.


La Loi

La loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public

Article 1er
Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage.

Article 2
I. Pour l’application de l’article 1er, l’espace public est constitué des voies publiques ainsi que des lieux ouverts au public ou affectés à un service public.
II. L’interdiction prévue à l’article 1er ne s’applique pas si la tenue est prescrite ou autorisée par des dispositions législatives ou réglementaires, si elle est justifiée par des raisons de santé ou des motifs professionnels, ou si elle s’inscrit dans le cadre de pratiques sportives, de fêtes ou de manifestations artistiques ou traditionnelles.

Article 3
La méconnaissance de l’interdiction édictée à l’article 1er est punie de l’amende prévue pour les contraventions de la deuxième classe.
L’obligation d’accomplir le stage de citoyenneté mentionné au 8 de l’article 131-16 du code pénal peut être prononcée en même temps ou à la place de la peine d’amende.

Article 4
Le fait pour toute personne d’imposer à une ou plusieurs autres personnes de dissimuler leur visage par menace, violence, contrainte, abus d’autorité ou abus de pouvoir, en raison de leur sexe, est puni d’un an d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende.
Lorsque le fait est commis au préjudice d’un mineur, les peines sont portées à deux ans d’emprisonnement et à 60 000 € d’amende.

Article 5
Les articles 1er à 3 entrent en vigueur à l’expiration d’un délai de six mois à compter de la promulgation de la présente loi.

Article 6
La présente loi s’applique sur l’ensemble du territoire de la République.

Article 7
Le Gouvernement remet au Parlement un rapport sur l’application de la présente loi dix-huit mois après sa promulgation. Ce rapport dresse un bilan de la mise en oeuvre de la présente loi, des mesures d’accompagnement élaborées par les pouvoirs publics et des difficultés rencontrées.



Pourquoi une loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public ?

La loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public marque la volonté de la représentation nationale de réaffirmer solennellement les valeurs de la République et les exigences du vivre ensemble.

Se dissimuler le visage, c'est porter atteinte aux exigences minimales de la vie en société. Cela place en outre les personnes concernées dans une situation d'exclusion et d'infériorité incompatible avec les principes de liberté, d'égalité et de dignité humaine affirmés par la République française.

La République se vit à visage découvert. Parce qu'elle est fondée sur le rassemblement autour de valeurs communes et sur la construction d'un destin partagé, elle ne peut accepter les pratiques d'exclusion et de rejet, quels qu'en soient les prétextes ou les modalités.

La loi s'applique-t-elle partout en France ?

La dissimulation du visage dans l'espace public est interdite sur l'ensemble du territoire de la République, en métropole comme outre-mer.

Quand l’interdiction est-elle applicable ?

L'interdiction générale de la dissimulation du visage est applicable à partir du 11 avril 2011.

Les étrangers, résidents ou touristes, sont-ils concernés ?

La loi concerne toute personne, quel que soit son sexe, son âge ou sa nationalité ; elle s'applique aux résidents comme aux touristes.

Quelles sont les tenues interdites ?

Les tenues destinées à dissimuler le visage sont celles qui rendent impossible l'identification de la personne. Il n'est pas nécessaire que le visage soit intégralement dissimulé : par exemple, un vêtement qui masque l'ensemble du visage et ne laisse voir que les yeux tombe sous le coup de l'interdiction.

Sont notamment interdits, sans prétendre à l'exhaustivité, le port de cagoules, de voiles intégraux (burqa, niqab…), de masques ou de tout autre accessoire ou vêtement ayant pour effet, pris isolément ou associés avec d'autres, de dissimuler le visage. Dès lors que l'infraction est une contravention, l'existence d'une intention est indifférente : il suffit que la tenue soit destinée à dissimuler le visage.

Y a-t-il des exceptions pour certaines tenues ?

L'article 2 de la loi prévoit plusieurs exceptions à l'interdiction de la dissimulation du visage.

En premier lieu, l'interdiction ne s'applique pas « si la tenue est prescrite ou autorisée par des dispositions législatives ou réglementaires ». Il s'agit par exemple de l'article L. 431-1 du code de la route qui impose le port du casque aux conducteurs de deux-roues à moteur.

En deuxième lieu, l'interdiction ne s'applique pas « si la tenue est justifiée par des raisons de santé ou des motifs professionnels ». Les motifs professionnels concernent notamment le champ couvert par l'article L. 4122-1 du code du travail aux termes duquel « les instructions de l'employeur précisent, en particulier lorsque la nature des risques le justifie, les conditions d'utilisation des équipements de travail, des moyens de protection, des substances et préparations dangereuses. Elles sont adaptées à la nature des tâches à accomplir ».

Enfin, l'interdiction ne s'applique pas « si elle s'inscrit dans le cadre de pratiques sportives, de fêtes ou de manifestations artistiques ou traditionnelles ». Ainsi les processions religieuses, dès lors qu'elles présentent un caractère traditionnel, entrent dans le champ des exceptions à l'interdiction posée par l'article 1er. Au titre des pratiques sportives figurent les protections du visage prévues dans plusieurs disciplines.

Qu'est-ce que l'espace public ?

L'article 2 de loi précise que « l'espace public est constitué des voies publiques ainsi que des lieux ouverts au public ou affectés à un service public ».

La notion de voies publiques est constituée des espaces urbains ou ruraux de circulation (rues, routes, places, trottoirs …). À l'exception de ceux affectés aux transports en commun, les véhicules qui empruntent les voies publiques sont considérés comme des lieux privés. La dissimulation du visage, par une personne se trouvant à bord d'une voiture particulière, n'est donc pas constitutive de la contravention prévue par la loi. Elle peut en revanche tomber sous le coup des dispositions du code de la route (article R. 412-6) prévoyant que la conduite du véhicule ne doit pas présenter de risque pour la sécurité publique.

Constituent des lieux ouverts au public les lieux dont l'accès est libre (plages, jardins publics, promenades publiques...) ainsi que les lieux dont l'accès est possible, même sous condition, dans la mesure où toute personne qui le souhaite peut remplir cette condition (paiement d'une place de cinéma ou de théâtre par exemple). Les commerces (cafés, restaurants, magasins), les établissements bancaires, les gares, les aéroports et les différents modes de transport en commun sont ainsi des espaces publics.

Les lieux affectés à un service public désignent les implantations de l'ensemble des institutions, juridictions et administrations publiques ainsi que des organismes chargés d'une mission de service public. Sont notamment concernés les diverses administrations et établissements publics de l'Etat, les collectivités territoriales et leurs établissements publics, les mairies, les tribunaux, les préfectures, les hôpitaux, les bureaux de poste, les établissements d'enseignement (écoles, collèges, lycées et universités), les caisses d'allocations familiales, les caisses primaires d'assurance maladie, les services de Pôle emploi, les musées et les bibliothèques.

Est-il interdit de se dissimuler le visage dans un lieu de culte ?

Lorsqu'ils sont ouverts au public, les lieux de culte entrent dans le champ d'application de la loi. Le Conseil constitutionnel, qui a validé la loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public, a toutefois précisé que « l'interdiction de dissimuler son visage dans l'espace public ne saurait, sans porter une atteinte excessive à l'article 10 de la Déclaration de 1789, restreindre l'exercice de la liberté religieuse dans les lieux de culte ouverts au public ».

En conséquence, le port d'une tenue dissimulant le visage n'est pas interdit dans un lieu de culte lorsqu'il résulte d'une prescription religieuse admise comme telle par le desservant ou le président de l'association gestionnaire de ce lieu.

Dans les autres situations, le régime particulier de maintien de l'ordre dans les lieux de culte trouve pleinement à s'appliquer, la force publique ne pouvant intervenir qu'à la demande des desservants ou des présidents de l'association gestionnaire qui sont chargés de la police à l'intérieur de l'édifice du culte (cf. C. Cass, 19 juillet 1966, SNCF et dame Vautier c/ Chanoine Rebuffat).

Que se passe-t-il si une personne refuse de se dévoiler ?

La loi ne confère en aucun cas à un particulier ou à un agent public le pouvoir de contraindre une personne à se découvrir. L'exercice d'une telle contrainte constituerait une voie de fait et exposerait son auteur à des poursuites pénales. Elle est donc absolument proscrite.

Les forces de la police ou de la gendarmerie nationales peuvent seules constater l'infraction, en dresser procès-verbal et procéder, le cas échéant, à la vérification de l'identité de la personne concernée, selon les règles applicables du code de procédure pénale (articles 78-2 et 78-3).

Quelle est la sanction contre une personne qui se dissimule le visage ?

La méconnaissance de l'interdiction de la dissimulation du visage dans l'espace public est punie de l'amende prévue pour les contraventions de la deuxième classe (d'un montant maximal de 150 €). Le prononcé de cette amende relève de la compétence des juridictions de proximité.

L'obligation d'accomplir un stage de citoyenneté peut également être prononcée par les mêmes juridictions, à titre de peine alternative ou de peine complémentaire. Le stage de citoyenneté, adapté à la nature de l'infraction commise, doit notamment permettre de rappeler aux personnes concernées les valeurs républicaines d'égalité et de respect de la dignité humaine.

Une personne contrainte à se dissimuler le visage peut-elle être sanctionnée ?

La dissimulation du visage constatée dans l'espace public peut résulter d'une contrainte exercée contre la personne concernée et révéler la commission par un tiers du délit de dissimulation forcée du visage.

Ce délit, prévu à l'article 4 de la loi (créant un nouvel article 225-4-10 du code pénal), est puni d'un an d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. Lorsque le fait est commis au préjudice d'une personne mineure, les peines sont portées à deux ans d'emprisonnement et à 60 000 euros d'amende.

La répression de ces agissements participe de la volonté des pouvoirs publics de lutter vigoureusement contre toutes les formes de discriminations et de violences envers les femmes, qui constituent autant d'atteintes inacceptables au principe d'égalité entre les sexes.

La situation de contrainte, qu'il appartient à la justice d'apprécier, est susceptible de dégager la responsabilité pénale de la personne qui se dissimule le visage.

1 comment:

jaraad said...

Excellent! This is the first time I read about this law in detail.
The following are exceptions:
1.“worn for artistic or traditional performances or celebrations” and
2.“worn as part of a traditional religious festival or parade”
This does not make sense to me because they don’t completely ban covering the face in public. I think they did that because they know it unrealistic to have such ban. What would they do during carnivals when people wear masks? The law is obviously targeting a group of people, not anyone who cover his face but women who wear Niqab or burqa’.
“To hide the face is to belie the minimum requirements for living in society. It further places the persons so covered in a situation of exclusion and inferiority incompatible with the principles of liberty, fraternity, equality, and human dignity affirmed by the French Republic.”
Okay, so how about people who tattooed their faces or those who operate body modification were they do stuff on their faces that completely change how they look.
I am not in favor of Muslim women covering their faces but I am against enforcing a law to ban women from covering their face. What they do is not harming anybody or interfering with anybody’s business so why implementing such law that will increase the gap between French citizens?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails